programmation

savoir faire l’âne pour avoir du son

KERUDA PANTER

 

Après TuePogoE64, groupe culte de notre équipe et de la première édition de la Ferme Electrique, l’équipe de tous les (bons) coups remet le couvert depuis quelques années avec Keruda Panter, sorte d’anti super groupe de la Ferme Electrique. On y retrouve une bonne partie des champions de l’équipe fermière justicière avec Jérôme, le vendeur number1 de la boutik de la Ferme, surtout connu en tant qu’auteur/chanteur d’histoires drôles (si on est un tant soit peu cynique et acerbe), l’incontournable Tristan, constructeur, régisseur, performer, joueur de Boulboutarangue et conteur d’anecdotes du spectacle mortvivant, Manu, le technicien justicier réparateur de l’impossible à la basse/groovebox, et Jean-Phi, notre archiviste décorateur qui officie à la guitare bluesy destroy quand il ne joue pas du synthé Yamaha dans Fumo Nero (autre groupe de la prog’ de cette 10ème édition)… Partisans d’un cold post yéyé punk bruiteux qui n’appartient qu’à eux, seule leur bio officielle peut rendre compte de leur formidable aventure. Vous la voici comptée:
« Grâce à son père producteur, Keruda Panter est tout de suite initié à l’industrie musicale. Plus tard, c’est en maison de redressement qu’il rencontre un bassiste et un guitariste zaïrois. Leur musique résonne alors de leur colère froide de jeunes punks à la dérive. Rapidement, Keruda Panter accumule suffisamment d’argent en animant des messageries érotiques et peut enfin s’adjoindre les services d’un musicien exemplaire: une boite à rythmes. Leur musique gagne alors en répétitivité et ils deviennent alors la coqueluche des bolcheviks, des veuves éplorées et des aides soignantes. Il ne manque alors à cet ensemble qu’un emballage bruitiste. Heureusement, pendant une course d’orientation caritative, lors de laquelle Keruda Panter se produit, ils rencontrent un jeune homme qui, par sa fraîcheur et sa connaissance des fers à souder, parvient à trouver sa place dans leur formation. Rappelons ici que Keruda Panter souhaite être dorénavant considéré comme un artiste de chanson française. Keruda Panter aurait aussi pu être une femme, mais elle n’a pas voulu. »