programmation

savoir faire l’âne pour avoir du son

BRUIT NOIR

 

Poésie hurlante, musique froide et lancinante, Bruit Noir déroule des textes qui ne connaissent ni la peur de dire ces choses qu’on a tous au fond du crâne, ni l’autocensure du politiquement correct.
Les deux acolytes de Mendelson (Pascal Bouaziz et Jean-Michel Pirès) reviennent, enfin, avec un 2ème album tant attendu : II/III.
Éditée par Ici d’ailleurs en février 2019, l’œuvre est toujours aussi brute, toujours aussi incandescente, avec de sonorités froides et des rythmiques répétitives. Recueil de confessions dont on ne peut sortir indemne, Bruit Noir, c’est un cri de désespoir hilarant, un coup de pied dans la fourmilière.
Déjà conviés à la Ferme Électrique #7, la rencontre avec Bruit Noir est un moment mythique de l’histoire du festival, nous ayant laissé le sentiment d’avoir rencontré nos frères d’armes. Après avoir accueilli Mendelson puis Club Cactus les années passées, c’est avec une joie immense que nous retrouvons Pascal et Jean-Michel pour cette date anniversaire.
Un conseil ? Prépare toi pour Bruit Noir à La Ferme Électrique, tu risques bien d’en redemander encore… et encore…

Pascal Bouaziz, faire du Bruit Noir ou disparaître (Télérama)

Comme hier avec Mendelson, Pascal Bouaziz, au deuxième volume du duo Bruit Noir, persiste et signe à l’encre de ses humeurs, réflexions, rêveries, dégoûts. Sonorisés par Jean-Michel Pirès, ces textes rageurs et désolés nous défient frontalement. Ami lecteur, sauras-tu y entendre aussi l’amour et la beauté ?
Encore une chronique pour rien ? Ne vous méprenez pas. Je sais que vous êtes quelques-uns…

 

Bruit Noir devrait faire partie du patrimoine mondial de l’Unesco (Noisey)

« Les artistes se prennent pour le centre du monde et considèrent que ceux qui les ignorent sont tous des traîtres. Bien sûr, personne ne va te le dire de cette façon. »
« Attention, hein, pas de noms », lançait Jean-Michel Pirès (musiques) à Pascal Bouaziz (textes) lors de notre première interview de Bruit Noir, en 2015. Le duo affranchi de Mendelson venait de donner un coup de cravache vengeur au rock français. Et comme cette vieille mule refuse encore de bouger, les revoilà avec un nouveau fouet, tressé d’un humour encore plus blessant, d’une poésie encore plus remuante, d’une misanthropie encore moins consolable…

 

Pascal Bouaziz (Bruit Noir): « J’écris pour l’histoire, pour la postérité, pour tout le monde » (Magic)

Au matin du concert de Bruit Noir à Paris (Point-Éphémère), nous publions notre entretien avec le parolier du duo, Pascal Bouaziz, l’homme qui habille d’une vision du monde désespérée les musiques oppressantes de Jean-Michel Pires. Contrairement aux apparences, tout n’est pas perdu.
Avant de défendre II/III, tu as passé beaucoup de temps en Asie mineure. De quel type d’escapade s’agissait-il ?
Cela fait vingt-cinq ans que je lis des livres de voyage dans le métro parisien ; il était temps d’aller voir ailleurs pour de vrai…