L’OUVERTURE DU FESTIVAL

APPROCHE À GRANDS PAS

 

Les horaires de passage sont dispos sur notre page PROGRAMMATION

 

La Ferme Electrique c’est aussi des expos, des installations, des tatoueurs, des surprises…
Faites un tour sur notre page HORS-SCÈNE pour voir tout ça. C’est beau !

L’édito — 10ème moisson

DE LA SUEUR ET DU FOIN

Ça commence par une envie d’organiser une soirée de concerts, pour nous, pour nos groupes, pour enfin jouer ailleurs que dans des caves qui puent, des rads avec une sono de 4watts, ou des festivals sur une scène immense devant 27 personnes… monter le festival dans lequel on aimerait jouer en somme !
Ça commence un samedi frisquet d’avril, dans la cour de la Ferme du Plateau, à Tournan-en-Brie, prêtée par la Municipalité, et où est implantée l’association Fortunella.
Ça commence avec l’aménagement de cette cour pour la mettre à notre goût en puisant dans notre bric-à-brac.
Ça commence par 6 groupes, des dédicaces, des expos, des projections, des installations…
Le nom est déjà là, évident, la FERME (bah oui, c’est une ferme) ÉLECTRIQUE (bah oui, il faut bien du jus pour troquer le blé contre les guitares), et ça se passe dans le cadre d’un festival organisé par la ville.

 

Mais voilà, le mot « Festival » est lâché, enfin on ne sait pas trop ce que c’est mais il parait que c’est comme ça que ça s’appelle, et le virus contamine la petite équipe qui a monté ce projet…
Jouer avec nos groupes, pour nous, pour nos potes, inviter les groupes des potes, mais pourquoi pas aussi les groupes des potes des potes, les groupes des petits jeunes du coin qui répètent aux studios de l’asso… Tenter des coups pour faire venir des gens qu’on aime, dont on pense qu’ils ne viendront certainement pas mais qui acceptent quand même, finalement, pour la cause. Et se retrouver avec un marathon de concerts sur 2 soirées… interminables, harassantes, mais tellement excitantes !

Investir la cour de la Ferme. Construire un décor de toutes pièces, chaque année. Y déployer tout le bordel accumulé au fil du temps et des passages des encombrants pour rendre le lieu chaleureux, où on peut se gaver de musique mais aussi se vautrer dans des canapés, faire une pause, profiter de l’ambiance après un détour par le bar des Singes ou la Taverne. Offrir un terrain pour planter sa tente aux abords de la Ferme histoire de profiter pleinement de l’évènement sans les contraintes du retour dans des états… euf… vous voyez quoi…

 

Pousser à fond le DIY. Tout faire nous-mêmes avec des matériaux de récup’, parce que c’est donner une nouvelle vie à des objets voués à la destruction, parce que c’est gratuit et que ça nous plait. Se lancer dans la confection de plats « comme à la maison », de frites fraîches, de centaines de crêpes pour tout le monde, parce que la Ferme ce n’est pas vraiment l’endroit où tu distingues les artistes des spectateurs, parce que tout le monde participe et contribue à l’ambiance, d’une façon ou d’une autre.

 

Ne rien sacrifier à la qualité du son et de la lumière avec des régisseurs, constructeurs et techniciens dont c’est le métier, mais qui s’échappent de leurs salles de spectacles habituelles le temps du festival pour construire la grande cabane. Récupérer du matériel auprès des copains de toute l’Île de France, créer les conditions optimales pour les musiciens et le public dans l’Étable et la Grange. Et comme on n’en avait encore pas assez, va pour construire une scène poulailler parce que c’est quand même trop dommage de ne pas pouvoir faire jouer eux, et puis eux aussi…

Chercher à déborder du cadre des concerts. Animer des ateliers fanzine, de gravure de disques, des sidomatons, des dansomatons, un stand de tir sur disques échoués, des expositions, des diffusions de films musicaux, des performances improbables. Ouvrir la plus petite boite de nuit du monde. Construire des installations insolites. Faire des captations des concerts, montées et diffusées dans la foulée puis sur Électrique TV, des interviews foutraques des groupes. Inviter des plasticiens, des tatoueurs, des sérigraphes. Donner l’accès de notre boutique à des distributeurs indépendants de disques, de magazines, de bouquins…

 

Construire, bricoler, installer… pendant des jours et parfois des nuits. Puis démonter, ranger, stocker, pour l’année suivante. Faire des plans sur la comète autour d’un barbecue improvisé. Venir d’horizons différents, mélanger les générations, les origines, les professions. Rire beaucoup, imaginer les idées les plus folles et toutes les réaliser (ou presque), se soutenir et s’entraider, avancer dans la même direction pour construire cet instant suspendu, cette parenthèse joyeuse, ces deux “petites soirées” que l’on aime préparer et partager avec un public toujours enthousiaste et chaleureux.

Et là, à force, on arrive à la DIXIÈME ÉDITION. Des couples se sont formés, on a eu des enfants, on a pris du ventre ou perdu des cheveux, des groupes ont splitté, d’autres sont nés, on a malheureusement perdu quelques amis, on s’en est fait de nouveaux… mais quelques petites choses n’ont pas changé : notre équipe, notre soif de découverte, de partage, nos valeurs, et notre bonne vieille Ferme ! Alors on tient à célébrer cette décennie comme on fête chaque édition, autour d’une petite sauterie à la fois intime et accueillante, qu’on en prenne plein les oreilles, qu’on s’en mette plein la panse, et qu’on finisse sur les rotules, à se demander comme à chaque fois si on aura le courage et l’envie de faire mieux la prochaine fois !

 

Voilà, c’est à partager avec les festivaliers, les artistes, le staff, les copains, les 5 et 6 juillet à Tournan-en-Brie et on espère que vous serez là pour souffler les 10 bougies !

C’est comment la Ferme Électrique ?

des watts et du malt